Vous êtes ici:  francaise > Parapente+ > Ancien Numeros Parapente + > Parapente+ 433 mars-avril 2014

Parapente

Parapente+ 433 mars-avril 2014

<form name="TSFE_EDIT_FORM_bd21" id="TSFE_EDIT_FORM_bd21">

 

</form>

Achetez Parapente + 433

NEWS ET ACTUELS.

LA PAGE DES PLAINES ET DES URBAINS

Parapente+ 433 mars-avril 2014Test DOSSIER FREESTYLE, 4 AILES EN TEST !
Flying Planet Mystic FS2 21, Niviuk FGravity 2, Ozone Octane 2, Advance Zeta

Test SKY PARAGLIDERS ATIS 4

EN VISITE CHEZ ADVANCE, LES 25 ANS DE LA MARQUE

LE SCHILTHORN, LE SITE DE JAMES BOND

VISUEL ! LES SURPRENANTES IMAGES DE TRISTAN SHU

ACHETER SUR INTERNET,

TOUS LES NOUVEAUX INSTRUMENTS

Test SUPAIR SKYPPER FR

MADAGASCAR

 opinion

 

Test

Essai Fun !

4 ailes Freestyle

Parapente+ innove ! Avec ces essais d’ailes Freestyle. Pas uniquement faites pour la voltige ou l’acro mais aussi pour voler « normalement », avec des sensations différentes.

Advance Zeta
Ozone Octane 2
Niviuk F-Gravity 2
Flying Planet Mystic FS2
Déco très gaie pour une aile également à l’aise en vol traditionnel.

FLYING PLANET

MYSTIC FS2 21

Une seule taille 21, avec 5.58 d’allongement et le pilote à 7,80 m sous l’aile, la Mystic FS2 offre un long cône de suspentage en Aramide gainé en bas et dégainé en haut (le matériau le plus fréquemment utilisé sur les ailes de voltige). Au niveau voilerie, on voit que l’expérience « voltige » de Flying Planet a été mise à profit avec des renforts aux endroits-clés et un bord d’attaque ouvert, sauf en bouts d’aile avec une cellule supplémentaire fermée juste avant le stabilo. Testée en charge uniquement mais d’après ceux qui l’ont utilisée en stages SIV, le caractère général serait plutôt de.....

 

www.flyingplanet.fr

Très typée voltige, la F-Gravity 2 sera également adaptée et ludique en bords de mer !

Niviuk

F-GRAVITY 2 20

Photo Luc Hentsch/Niviuk

Testée en charge mais pas homologuée en vol, 3 tailles 20, 22, 24, allongement 5.3, pilote à 7,36 m de la voile (sous la 20). Le Dominico 30 DMF (40 g/qm) est présent sur toute la voile. Les renforts de pattes d’attache semblent indestructibles. Les élévateurs sont sobres et efficaces, les commandes de freins sont équipées d’un aimant assez puissant qui  fait ses preuves et que l’on retrouve sur le reste de la gamme. La commande en elle-même offre la souplesse nécessaire au réglage millimétré des freins en vol...

www.niviuk.com

Après la FLX, seconde version pour l’Octane de freestyle, toujours mise au point par Felix Rodriguez.

Ozone

Octane 2 20

trois tailles 20, 22 et 25 (les 22 et 25 étant EN C), allongemen très réduit de 5.2 et pilote sous la 20 à environ 7,30 m (données non fournies par Ozone). Du Dominico 30 DMF (40 g/m2) sur sur la totalité de la voile. Le suspentage bas est en Aramide de chez Edelrid avec du Dyneema Liros en haut. Là encore, pattes d’attache renforcées et poids réparti sur les 4 lignes de suspentes. Les élévateurs de l’Octane 2 offrent des poignées de freins spécifiques « voltige » avec le système d’élastiques adéquat reliant ces poignées aux élévateurs. Vous avez tout de même des sangles de déport des poulies que...

www.ozone-france.fr

Très polyvalente, compacte et légère, la Zeta est une vraie « aile à tout faire »

Advance

Zeta

Une seule taille 21, allongement très compact de 5.15, pilote situé à 6,80 m de l’aile donc suspentage court. Extrados en Porcher Skytex 38 g/m2, cloisons internes en Porcher 40 Hard, l’intrados est en Dominico 20 DMF (34 g/m2). Elle est homologuée EN/LTF D par la spirale à 110 kg mais son caractère la typerait plutôt en classe C.

Suspentes basses en Aramide gainé de chez Edelrid, du dégainé traité anti-UV pour les hautes, toute la ligne des freins est en Dyneema de chez Liros. C’est une 3 élévateurs avec quelques C dédoublées en D hautes. En tous points, du choix des matériaux à la construction, le travail est remarquable, la Zeta est une vraie Advance, à l’image des élévateurs fins irréprochables au niveau finition. À noter que les poignées de freins ont été conçues pour recevoir à leur embase de petites tiges en aluminium en option....

www.advance.ch

Une Atis 4 en soaring hivernal à Annecy-Planfait. Photo Philippe Clerjon.

Test

SKY PARAGLIDERS ATIS 4

Sportive, sensuelle et envoûtante !

Sky Paragliders propose deux ailes dans la catégorie B. La très ludique Atis 4, qui fait l’objet de cet essai, et l’Anakis 2, plus accessible. Comme elles se ressemblent visuellement beaucoup, nous proposons un minicomparatif.

Introduction

Sky Paragliders est une des premières marques à avoir proposé 2 modèles dans la catégorie ailes intermédiaires B : une aile « B accessible » avec les Anakis (maintenant la 2) et une « B sport » avec les Atis.

Avec l’Atis 4 objet de cet essai, créneau B « sport » donc, Sky Paragliders nous offre une fois encore une aile dans la droite ligne des produits de la marque : maniable, légère, ludique et simple à voler. L’Atis 4 n’est pas une évolution de la 3 car tout a changé – sauf l’allongement et le nombre de cellules -,….

Une forme épurée, une poche parachute de chaque côté et un profilage gonflable arrière amovible.

TEST

SUPAIR
 SKYPPER FR

Pilotage abouti !

Plus rigide, 2 parachutes de secours, profi lage gonfl able, la Skypper FR (Full Race), mise au point par Charles Cazaux, a beaucoup de différences avec la Skypper, moins ambitieuse... Testée en course à la Réunion, elle apporte du nouveau !

CONTACT !

La Skypper FR est une sellette cocon taillée pour le cross et la compétition. Elle est le fruit d’un long développement entre Pierre Bouilloux et Charles Cazaux qui a ajusté la bête à ses exigences. En l’accrochant au portique, deux adjectifs me sautent aux yeux : légère, racée. La structure ressemble à un siège baquet de voiture de rallye. Un dossier qui reste en plan, une planchette profonde et des renforts latéraux surdimensionnés englobent toute l’assise du pilote. À l’installation, la rigidité et le confort générés par ce châssis si équilibré…

 

www.supair.com

Magnifiques conditions de vol brésiliennes sous un ciel de rêve

Compétition

Superfinale coupe du Monde 2013

Tout pour la fête...

La Superfinale de la coupe du monde 2013 se déroulait du 14 au 25 janvier 2014 à Governador Valadares, Brésil. Site et vols exceptionnels, ce qui aurait dû être une fête du sport s’est transformé en un invraisemblable débat sur la conformité du modèle le plus représenté. Voir développements plus loin.

Il y a quand même eu une course, racontée par Lucas Bernardin.

Passage glissé, Anne Bosvieux marque des points.

Jeux d’Hiver
Zinal, 28e Mauler cup

Champagne Hivernal !

Parmi les épreuves du  challenge Vol et Ski, la Mauler Cup de Zinal tient une place à part. Ambiance, cadre, tradition… Un beau mélange de technicité et de convivialité !

La Mauler Cup de Zinal est un événement qu’on aime suivre. Il y a de vraies bonnes raisons… On y est super bien accueilli, dans une ambiance bon enfant de pilotes français, suisses, heureux de se retrouver. Le cadre est somptueux, au milieu de montagnes de rêve. On sait aussi qu’on pourra de toute façon y faire du grand...

PASSION PURE

Tristan Shu,

photographe créateur

 Autodidacte et créateur, Tristan Shu nous étonne ! Des images inmanquables, immédiatement reconnaissables, vues partout...

Chance du parapente, on est dans un milieu où ça fait du bien de rencontrer de vrais passionnés !

Site, Le SCHILTHORN

James Bond Flight

À quelques dizaines de kilomètres deTthun et Advance, via Interlaken, c’est l’impressionnant Oberland Bernois. Parmi d’autres vols de grande ampleur, le schilthorn (ou piz Gloria), facilement accessible par téléphérique, fait partie du top 5 des plus beaux vols alpins. Merci James

Pourquoi ? Parce que c’est ici que fut tournée en 1967 une des aventures de l’agent 007, « Au Service Secret de Sa Majesté ». La construction du téléphérique était alors en panne de financements et c’est le film qui a permis de le terminer. Donc merci Jam….

Au sommet, le restaurant panoramique tourne sur lui-même.
Le somptueux panorama avec Eiger Mönch et Jungfrau.
Au bout du pré du déco de Mürren, 700 m de falaises !

Entreprise

ADVANCE

25 ans d’évolutions

Dans le marché actuel du parapente, il n’y a que très peu d’entreprises qui ont traversé toute l’histoire de l’activité, sans changements majeurs d’identité. Quatre ou cinq pas plus. Évoquer le parcours d’une entreprise comme Advance est aussi faire un point sur la situation actuelle et ses évolutions, y compris techniques.

Patrick Bieri travaille au développement des sellettes. Son travail de design est assisté par des logiciels internes de conception en 3 D.
Les ateliers Advance au Vietnam. Pas mal de chemin a été parcouru depuis les débuts !

Voyage

Madagascar

L’île continent

Le photographe Olivier Laugero et Lionel Lang ont découvert Madagascar par la vallée du camp Catta, comme beaucoup. Ils en ramènent de superbes images, de beaux cross, et l’envie d’y retourner ! Mais il n’y a pas que le camp Catta, voici quelques clefs de plus pour découvrir ce pays fascinant.....

Crosser à Madagascar n’est pas courant. Lionel Lang en action.
Soleil couchant. Les effets de foehn dus à l’humidité de la forêt tropicale peuvent être bien marqués.
Paysages de rizières en contrebas, avant de poser. La petite rivière sera très bien pour la baignade !

ÉDITORIAL

Début janvier, la saison de compétition commence mal... Alors que les pilotes de loisir batifolent dans la neige et s’amusent aux Vols à Ski, l’aile qui équipait une bonne partie du plateau de la Superfinale de la coupe du Monde au Brésil est contrôlée et s’avère non semblable à l’exemplaire qui venait d’être certifi é... En quelques jours, le monde de la compétition se délite et explose. Voir plus loin le traitement de ce dossier.
Certains pourront se demander pourquoi on en parle autant mais de toute façon, il n’y a pas que nous, c’est déjà parti dans tous les sens... Jamais sans doute il n’y a eu dans le parapente autant de réactions en si peu de temps.
Si nous en parlons, il y a déjà une bonne raison, ce sont des ailes que les pilotes peuvent acheter (même si le prix est assez dissuasif, sans doute pour qu’on ne les achète pas trop...) et « l’aile qui gagne » sera automatiquement vendue à des dizaines et des dizaines d’exemplaires... Un pilote professionnel de grande notoriété disait : « Oui effectivement, on vient de m’en livrer une, je l’ai à côté de mon bureau et j’aimerais bien savoir quoi en penser ». On ne s’en fait pas pour lui, il arriverait à voler avec... Mais ce n’est pas forcément le cas de tout le monde et l’accident mortel à la compétition suivante du meilleur pilote polonais, Rafal Luckos (3e aux championnats d’Europe 2010), est là pour rappeler que ça peut aussi arriver aux très bons.
Depuis le début de cette affaire, rien ne va plus. Jusqu’ici, les constructeurs se respectaient, avec certes quelques petites piques de temps à autre mais sans jamais d’attaques publiques frontales. Mais là, avec les tensions générées par l’affaire Brésil, la nécessité de se défendre passe par attaquer les autres. Pour bien montrer que l’on n’est pas le seul concerné - ce qui est sûrement vrai - et donc poussé à la faute par la logique d’un système, ce qui est sûrement vrai aussi. D’ailleurs, d’autres ailes sont actuellement en expertise, nous suivrons attentivement.
La situation est que la compétition parapente est devenue un vrai sport de haut niveau hyper pointu, les arrivées se jouant à quelques secondes, avec des dizaines de pilotes aux goals en quelques minutes. Voir le réci de cette compétition par un pilote en course, Lucas Bernardin. On peut ne pas aimer ce type de course mais c’est du vol, du grand vol libre, où le génie individuel et l’entraînement arrivent de toute manière à s’exprimer. Mais c’est tellement pointu que comme dans les autres sports d’excellence (comme dans tous les autres sports !), on imagine mal les acteurs, quels qu’ils soient, ne pas essayer « d’optimiser » tout ce qui pourrait l’être. C’est logique et humain.
Concrètement, dans ce qui est devenu du sport racing, la tentation ne peut être que générale de vouloir gagner quelques km/h en plus. Après, il y a ce qui est permis et ce qui ne l’est pas, exactement comme piocher ailleurs dans la petite pharmacie interdite. Et comme on se rend compte que cette tentation sera toujours là, qu’il sera de toute manière diffi cile de contrôler, que les dégâts sont importants sur le milieu, certains prédisent déjà que l’avenir des compétitions au format actuel est remis en cause. C’est possible, nous verrons bien, il existe des substituts, bien qu’il faudrait être carrément visionnaire pour voir quels autres problèmes ultérieurs ils pourraient générer.
La nouveauté dans cette histoire « brésilienne », c’est que pour qui a quelques notions de design parapente, cela apparaît comme tellement « gros », que cela en ressemble presque à de la provocation. Pour le milieu, les pilotes et représentants d’autres marques bien évidemment. D’où peut-être les réactions si outrées et intransigeantes cette fois-ci.
Quant à nous, aborder le dossier du mieux qu’on peut, apporter un éclairage ou une synthèse n’est que de l’information.
Il n’est même pas question de jouer les justiciers ou les redresseurs de torts mais ne pas le traiter, comme on pourrait être tenté de le faire, ne montrerait que deux choses. Qu’on est lâches et mous. Ou incompétents. Certes, on pourrait être aussi manipulés et c’est pour cela qu’on continuera à suivre, y compris s’il y avait d’autres marques impliquées. Pour résumer, ce serait beaucoup plus confortable de rester à parler des merveilleux plaisirs de ce sport, du merveilleux plaisir de voler et de tous les gens merveilleux qu’on y rencontre. On aimerait même que le maximum de pilotes passent le plus vite possible dessus pour en revenir à l’essentiel, voler ! Mais même pour un magazine, cette affaire est si totalement pénible que ne pas l’aborder poserait une question de crédibilité, qui irait jusqu’à remettre en cause son existence même. Cela ne montrerait qu’une chose, c’est qu’on regarde tout passer sans y comprendre rien.

Michel Ferrer

Tremblement de terre au Brésil

Ou « le fiasco annoncé d’un système transitoire non adapté à la compétition »

Par Jean-Michel Ara-Somohano

Disons-le clairement, tout ceci est cauchemardesque, y compris pour un magazine... On aimerait continuer à se donner le temps de la réflexion mais à un moment, il faut boucler. De plus, cela s’excite tellement sur la scène mondiale qu’il faut clarifier. Jean-Michel Ara-Somohano s’y est collé et a suivi au jour le jour.

Rappel

Vendredi 8 juillet 2011, championnats du monde de parapente à Piedrahita, Espagne... Suite à deux accidents mortels pendant les premiers jours de la compétition, le CIVL (Comité International du Vol Libre, organe de régulation de la Fédération Aéronautique Internationale) suspend l’autorisation aux ailes non homologuées de voler en compétition FAI de catégorie 1. Effet immédiat et fin de « l’Open Class ». Ces ailes ne peuvent plus voler au championnat du monde en cours, qui est de fait stoppé (mais validé par deux manches courues).

Un séisme secoue le monde du vol libre. La quasitotalité des fédérations nationales s’aligne sur la décision du CIVL. Des centaines de pilotes qui viennent de dépenser des milliers d’euros ne peuvent plus concourir. Et depuis cette date, seules les voiles homologuées certifiées, conformes à la norme EN-926-2 sont acceptées sur les circuits compétitions. Dans les faits, ce sont des ailes homologuées EN ou LTF D, qui sont évidemment redevenues progressivement au fil des ans et des développements de vraies « bêtes de course ».

La problématique de la norme EN -926-2

L’essence même de la norme EN-926-2 est de définir et certifier les parapentes selon leurs c....

Équipement

ACHETER

sur le NET

Internet, c’est une multitude d’opportunités et donc un choix souvent difficile… Les erreurs sont nombreuses ! Voici de quoi éviter les plus grosses et les plus fréquentes.

À lire même si vous ne prévoyez pas d’acheter ! Un petit rappel essentiel sur les points à connaître de notre équipement : ailes, sellettes et parachutes

 

 

Préambule

ACHETER sur le NET

Préambule

Disons-le tout net, acheter sur internet quand on est néophyte n’est pas la meilleure idée qui soit… Pour un pilote formé ayant une bonne connaissance du marché, c’est différent car il saura exactement ce qu’il cherche et pourra ainsi faire ses choix en connaissance de cause.
Mais pour les novices, quelle jungle ! Un premier écueil serait déjà de se tromper totalement sur le niveau du matériel proposé. Tout le monde n’est pas honnête, certains vendeurs peu scrupuleux vont vous dire qu’ils ont absolument l’aile qu’il vous faut : « Tu débutes ? Alors si c’est pour faire tes premières armes, tu vas pas la garder longtemps… Profites-en, elle est pas chère ! ». Il y a aussi l’état… En ce moment, les ateliers de contrôle sont submergés de matériel d’occasion venant du net et que les acheteurs font contrôler a posteriori... Les déceptions sont nombreuses et parfois coûteuses. C’est un avis que nous allons nuancer plus loin mais comme le disait récemment Philippe Barnier de Rip’Air : « Il faut être fou furieux pour acheter sur internet sans certificat car on met sa vie en jeu ! Être donc très vigilant, voir l’aile, avoir le certificat de contrôle, et l’essayer… Est-ce qu’on achète une voiture d’occasion sans la voir ? ». Signalons au passage que Rip’Air nous a signalé un cas de falsification sur une de leurs propres fiches de révision.
On a tous aussi dans notre entourage - j’en connais pas mal ! - des pilotes ayant acheté du matériel pas à leur niveau, des sellettes trop grandes ou trop petites, des secours inadaptés pour leur sellette. ça malheureusement, on ne s’en aperçoit parfois que quand on doit s’en servir… 
Enfin à Parapente +, on reçoit de plus en plus d’appels d’acheteurs inquiets : « Je viens d’acheter ça (parfois un modèle assez « exotique ») euh, vous l’avez testé ? ». Pas toujours ! Si on a le test, on envoie le Pdf. Sinon… Bonne chance !
Notez qu’acheter à un professionnel n’offre pas non plus de garantie absolue car on sait par expérience que les scrupules peuvent être malléables quand on a absolument besoin de liquidités pour passer la morte saison. Et qu’on peut avoir tendance à vouloir refourguer son matériel au premier venu… Mais au moins, en cas de souci, vous saurez contre qui vous retourner.
Comme de toute façon vous allez chercher à vous débrouiller par vous-mêmes, Laurent van Hille de l’école des Choucas de Mieussy nous offre quelques clefs pour éviter les plus grosses erreurs.

e-Flight-Expo Vol Moteur Free Flight Index Flying Pages Flüges Magazin Flügel Index Aircraft Scout WIDOLA Paramoteur Parapente EAA Flying Pages - Online Shop